Qui était Jean Lolive ?

Jean Lolive est né à Brignais (Rhône) le 6 juin 1910.

Il fréquente l’école primaire puis travaille comme ouvrier cimentier avant d’adhérer au Parti communiste en 1934.

Arrêté en octobre 1941 pour activités de résistance, emprisonné à Fontevrault puis au camp de Compiègne, il est déporté à Mauthausen en 1943.

De retour en France en 1945, il brigue des mandats municipaux, puis nationaux.

Le 19 octobre 1947, il est élu conseiller municipal de Pantin, dont il devient maire adjoint en 1953, puis maire en 1959, jusqu’à sa mort en 1968. Il est également conseiller général du Ve secteur de la Seine de 1953 à 1959, et élu, pour six mois, membre du  Conseil de la République en juin 1958.

L’avènement de la Vème République lui offre la possibilité de conquérir un mandat de député malgré la situation difficile où se trouve le Parti communiste. Il fait en effet partie du petit groupe de dix députés communistes qui résiste à la victoire de De Gaulle de mai 1958. Le scrutin de novembre 1962 renforce son ancrage, Jean Lolive remporte plus de 54,5 % des voix.

Jean Lolive déploie une grande activité parlementaire, notamment dans les questions de logement, sur lesquelles il intervient à de nombreuses reprises tout au long de ses trois mandats. À partir de 1962 jusqu’à sa mort, il est en outre membre de la Commission de la Production et des échanges. Entre décembre 1959 et avril 1964, il dépose à quatre reprises un projet de loi au nom de son parti destiné pour empêcher l’expulsion de certains occupants de locaux d’habitation, en particulier les retraités et les invalides.

Alors qu’il commence son quatrième mandat, inauguré par sa nouvelle victoire de juin 1968, Jean Lolive meurt brutalement le 6 septembre 1968. Il est inhumé à Pantin, dans la ville dont il fut maire pendant neuf ans.